© Elisabeth Van Hecke 2017

Orléans avec un grand O.

27 Jul 2015

Orléans. Un grand O et des bâtiments blancs. Un arrêt dans le temps l’espace de quelques heures.

 

Nous avions découvert la ville de Jeanne d’Arc l’année passée et quand on a eu à choisir entre revenir ici l’espace d’une journée ou aller à Bourges, le choix était vite fait (même si mon cœur balançait beaucoup entre les deux villes vu que j’affectionne tout particulièrement Bourges et non mon affection n’a rien à voir avec le nom de la ville).

 

Vers 12h50, nous arrivons dans la ville de la grande cathédrale et tout de suite les «oh je reconnais!» et les «je me souviens!» résonnent dans la voiture. Vu que les plupart des magasins sont fermés et que la route nous a ouvert l’appétit nous nous asseyons sous la cathédrale pour manger le repas et la pastèque (qu’il faut manger parce que d’après les dires de Maman, ça hydrate le corps). Le temps de prendre quelques clichés et nous reprenons notre route, à pied cette fois. Il fait légèrement venteux et nuageux mais le ciel ne tarde pas à changer pour dévoiler son plus beau bleu. 

Nous faisons le même chemin que la dernière fois, en partant du parvis de la cathédrale. Nous descendons la longue allée, rythmée par le «cling !» du tram. La vue sur la cathédrale est sublime et la symétrie entre la ville et la grande dame est incroyable. Elle se fond dans la masse en restant imposante. Je vais sans doute le répéter souvent mais j’adore cette ville. J’adore sa simplicité mêlée à son architecture complexe et détaillée. J’adore la couleur des bâtiments. Le «cling !» du tram. Les arbres. Les cafés. Les carrousels. Les places. J’adore tout simplement cette ville.

En tournant à gauche, on arrive sur une petite place avec des commerces et des cafés. Le vert des arbres sublime encore plus les lieux. Les couleurs se complètent et se mélangent pour créer l’atmosphère parfaite. Comme dit dans mon article sur la fête des pères (que vous pouvez lire ici), avec le départ de Papa et Alexandre on essaie de profiter de chaque moment et de créer un maximum de souvenirs et parfois ce n’est pas au goût de tout le monde. Alexandre n’a jamais été un grand fan de photos, mais cette fois-ci on (Papa et Louise) ne lui a pas laissé le choix et le résultat est vraiment chouette.

Evidemment, nous ne pouvons pas résister à l’envie de faire deux trois boutiques et quelques minutes plus tard on ressort d’une librairie avec un livre, un agenda et deux BD’s.

 

Notre shopping nous conduit tout près d’un escalier en pierre blanche où jouent des enfants. Avec Louise, on décide de prendre ma tenue en photo (tenue d’ailleurs inspirée d’une fille que j’ai pris en photo, Chiara si tu passes par-là, je te fais des bisous). Les petits gars glissaient sur les rampes, faisaient la course et rigolaient sans tenir compte de la caméra, ce qui était assez drôle et c’était difficile de se prendre au sérieux. L’espace de quelques minutes, les escaliers étaient à nous et Louise en a profité pour prendre des photos. Vite vite parce qu’ils ont rapidement repris possession des lieux.

 

Mon jeans est un Levi’s (un authentique 501 s’il vous plait!), ma blouse vient de chez H&M mais d’il y a quelques années et mes sandales viennent e chez Chauss’expo à Lille (je les ai achetées il y deux ans donc je doute fortement qu’elles soient toujours en magasin) et sont mes sandales plates préférées de tous les temps.

Pour les bijoux, le collier vient de chez H&M, ma montre est une Daniel Wellington, mes bracelets viennent d’Israël (celui avec les fleurs vient de Haïfa et l’autre je ne sais plus).

Les gars commençaient à fatiguer quand nous sommes arrivés sur la grande place. Pendant que Maman et Louise cherchaient des Tropéziennes, ils ont entrepris l’escalade  de l’édifice en hommage à Jeanne d’Arc.

Florentin comme d’habitude était surexcité mais motivé à l’idée d’être

photographié mais surtout de pouvoir prendre des photos lui-même «avec le gros appareil photo».

 

Avant dernière halte avant de reprendre la route : une glace! Comme l’année passée, nous nous sommes installés au Grand Martroi mais cette fois-ci nous avons été un peu déçus de la qualité du service malgré tout la situation reste idéale : en plein sur la place avec vue sur le carrousel.

 

Voilà donc Orléans. Un grand O et des bâtiments blancs. Orléans qu’on adore pour sa simplicité, son architecture complexe et détaillée, ses couleurs douces, le «cling!» de son tram, ses arbres, ses cafés, ses carrousels et ses places.

 

Cet article est très long, j'en suis désolée mais j'avais tellement de choses à partager avec vous que c'était difficile de faire autrement et si j'avais pû j'aurais encore posté une vingtaine de photos mais ça aurait fait vraiment trop long. Je vous laisse maintenant, Chauss'Expo m'appelle pour des nouvelles chaussures.

Je vous embrasse très fort et à très vite! ♥

Please reload

Recent posts :

September 5, 2019

June 11, 2018

May 29, 2018

May 13, 2018

May 9, 2018

February 24, 2018

February 1, 2018

Please reload